Alors qu’il a supprimer 5000 postes en mars, IBM envisage encore supprimer 14 000 emplois de plus. En France également, plusieurs postes seront supprimés.

Malheureusement la vague de suppression de postes ne s’achèvera pas de sitôt chez IBM. Rappelons qu’au mois de mars, l’entreprise avait procédé au licenciement de 5000 personnes (360 en France), dans son entreprise Global Technology Services des suppressions sont en cours également.

Le Wall Street Journal indique qui évoque les évaluations du gestionnaire de fonds Sanford Bernstein, l’entreprise devrait se séparer de 14 000 employés. Cette décision survient après la fermeture du campus Somers à New York et le retour des équipes de North Castle à New York. En fait, l’entreprise a traversé de nombreuses années de déboires, avec des baisses successives observées au cours des 16 trimestres derniers sans oublier la réorganisation des services cloud et analytique.

La filiale française fera aussi l’objet de suppression qui ne prendra pas fin avant 2018. En même temps, l’entreprise envisage créer 20 000 employés avec entre autres 8000 offres en interne.

Sauf, qu’on se pose la question de savoir si les personnes licenciées pourront à nouveau proposer leur candidature aux postes que l’entreprise a proposé. Le dégraissage chez IBM se poursuit depuis plusieurs années, car en 2012, l’entreprise comptait, 435 000 employés et en 2015 377 757 employés.